AGRICULTURE TRANSITIONNELLE : Promouvoir les échanges parmi les organisations d’agriculteurs

Basé sur un accord de 2019 entre l’Association des fermes paysannes et des coopératives agricoles de Russie (AKKOR) et l’Association des agriculteurs allemands (DBV) ainsi que l’Académie Andreas Hermes (AHA) et officiellement lancé en janvier 2020, le projet d’agriculture de transition est un programme d’échange de trois ans visant à travailler en étroite collaboration avec les organisations d’agriculteurs africains sur les défis et les solutions de l’agriculture familiale dans des contextes de transition en rapide évolution.

Le projet rassemble des organisations d’agriculteurs de Russie (AKKOR), d’Allemagne (DBV), du Malawi (NASFAM), du Zimbabwe (ZFU), du Rwanda (INGABO) et du Ghana (COFAG) sous l’égide de l’Organisation mondiale des agriculteurs (OMA) afin de favoriser un échange direct sur les questions agricoles pertinentes pour la politique de développement. Elle promeut un réseau d’organisations d’agriculteurs de pair à pair, avec la ferme conviction que le moyen le plus efficace d’échange agricole est la communication entre les agriculteurs.

Soutenu par le Ministère de la Coopération Economique et du Développement (BMZ) par l’intermédiaire de la Société allemande de coopération internationale (GIZ), le projet est mis en œuvre par l’intermédiaire de l’Andreas Hermes Akademie (AHA) et d’AgrarKontakte International (AKI).

La première série de séminaires a eu lieu entre mai et juin 2020 et, en raison de la pandémie COVID-19, s’est tenue en ligne et s’est terminée par le séminaire en ligne « COVID-19″ : Résister maintenant pour mieux reconstruire », le 3 juillet.

Le projet « Agriculture de transition » se poursuivra en septembre, octobre et novembre 2020 avec une deuxième et une troisième série de séminaires sur le développement des capacités, un sujet de grand intérêt pour les participants.

La pandémie a eu un impact sur le premier programme et a en même temps offert la possibilité d’innover dans l’échange entre agriculteurs.

Les agriculteurs apprennent plus des autres agriculteurs que de n’importe qui d’autre, et nous espérons que de tels échanges pourront bientôt avoir lieu à la ferme.